Je suis une femme moyenne ! (suite)

Comment transformer une croyance personnelle ? 

En tant que coach, mon travail consiste à “tendre le désir de changement de la personne” le désir va être l’aiguillon qui va mettre en mouvement, générer le processus de transformation progressive, par petits pas successifs. En effet, je ne pense pas que l’on transforme une croyance en un coup de baguette magique ou en appliquant une méthode en 3 ou 5 points. Les permissions et les protections sont nécessaires pour qu’une nouvelle croyance, bénéfique fasse son lit dans notre psyché. Le coach encourage les prises de décisions, les choix qui vont dans le sens de la transformation, il offre ainsi des “permissions” positives. Par sa présence, et les rendez-vous réguliers, il permet à la personne de déposer ce qui lui fait peur et apporte protections par son écoute bienveillante et la recherche des étaillages nécessaires dans l’environnement de la personne.  

Pianoter sur ces leviers permet de désamorcer le mécanisme qui déclenche la résistance à l’évolution, car la peur n’est jamais loin, tapie, prête à déclencher une levée de boucliers défensifs.

Un concept de la PNL, programmation neuro-linguistique, nommé, la marelle des croyances, permet de comprendre en finesse le processus à l’oeuvre, le voici : 

1/ réalité – expérience négative

2/ croyances – “je suis nul”le)”

3/ pensées – “c’est pas la peine d’essayer”

4/ émotions – tristesse, découragement

5/ comportements – évitement, autosabotage

Cette marelle s’alimente toute seule et constamment ! Pour le coach ce concept est un guide, il permet de questionner, d’accompagner aux 5 niveaux la personne pour faire émerger la croyance négative. Dans le travail de transformation, tout nouveau comportement positif, va être accompagné d’émotions, de pensées qui vont aider la croyance émergente à se fixer et à modifier la réalité par l’expérience positive.